le fantastique

Une étrange statue...

Quelques travaux d'élèves de 4e à partir de cette photographie de Michael Kenna (1996)

 artwork-images-119642-492654-michael-kenna-3.jpg

 TEXTE 1

"Je connus ce jour-là la peur, la véritable peur qui vous glace le sang et qui vous amène au bord de la folie.

Il faisait beau, c'était en plein mois de novembre. Je me promenais dans ce parc qui m'était si familier. Je franchis la grille et découvris un monde aux couleurs flamboyantes; les feuilles mortes étaient une véritable palette de couleurs.

Malheureusement un épais brouillard tomba subitement, plongeant le parc dans une atmosphère singulière. J'y avais pour habitude d'y dessiner les majestueuses statues présentes dans ce parc. C'étaient des statues pour le moins étranges; elles dégageaient une puissance angoissante, pesante qui me facsinait. Je fis les cent pas avant de tomber sur une statue que je n'avais encore jamais vue. C'était une représentattion du dieu Poséidon avec ses chevaux. Les courbes étaient incertaines, les formes se mélangeaient, le brume enveloppait même les détails les plus invisibles ! Je sortis une feuille, mon fusain, m'assis sur un banc et commençai à dessiner. Tout à coup, je ne compris pas tout de suite, mais une inquiétude, un sentiment d'appréhension m'envahit. Je regardai ma feuille durant quelques secondes, relevai la tête, et là l'impensable se produisit...Mon modèle, la statue, avait disparu. Je ne voulus pas le croire, mais force était de constater qu'elle avait bien disparu . C'est suite à cette étrange constatation que mon pire cauchemar commença....

Je voulus me lever pour m'enfuir mais ce fut impossible. Un frôlement me pétrifia. Des murmures s'affairaient autour de moi. Je sentis l'odeur marine, comme si on voulait me faire comprendre quelque chose. C'est suite à cet indice que je compris et vis ce qui se trouvait autour de moi. On me poussa, je tombai, et ne me retrouvai nez à nez avec le grand, le majestueux, et imposant Poséidon. Ses yex étaient blancs, sa peau ridée, ses mains abîmées et ses chevaux plus prêts à attaquer que jamais. Etais-je donc fou ? N'était-ce pas possible ? Souffrais-je donc d'hallucinations ? Des milliers de questions se bousculèrent dans mon esprit encore apeuré de ce qu'il venait de voir. J'appréhendai ce qu'il allait me faire; pourquoi moi . Qu'avis-je fait ? Il m'effleura la joue d'une main glaciale. Mon coeur s'accéléra se coupa et mon esprit partit ailleurs ! Je sentis qu'il prenait possession de moi!

Je voulus crier, mais ce fut impossible. Je vuolus me débattre , mais ce fut impossible aussi ! En était-ce fini pour moi ? Ce sentiment d'impuissance à me débattre fut épouvantable à vivre. Je me sentis tomber, et là, je me retrouvai sur le banc, la statue en face de moi. Je rangeai mes affaires précipitamment et découvris mon dessin complètement achevé et marqué d'une étrange phrase : "Ton âme est mienne".

Depuis j'y pense chaque jour et je sais que mon âme ne trouvera plus jamais le repos."

 

TEXTE 2

"Je connus ce jour-là la peur, la véritable peur qui vous glace le sang et qui vous amène au bord de la folie.

Nous étions le premier jour du mois de novembre. Par une après-midi glaciale où le brouillard était s lourd et si pessant que même les puisants rayon du soleil étaient impuissants face à cette chape de plomb qui dominait l'atmophère, j'avais décidé de me promener pour évacuer la tristesse que me  procurait cette journée.

La nuit dernière, le someil m'avait quitté vers trois heures du matin. L'aurore m'avait trouvé las et épuisé par mes nombreuses tentatives de me rendormir, toutes infructueuses.

Les jardins dans lesquels j'avais eu envie d'errer me soulageaient, et je décidai de laisser toutes mes pensées négatives s'envoler, loin...

Mon regard se posa sur des statues, fontaines et allées, sans pour autant réussir à distinguer les détails de ces merveilles. Le brouillard, tellement tenace, m'empêchait de discerner ce pourquoi j'étais venu ! Arrivé à la fin des jardins, là où la végétation devenait sauvage et les arbres pousaient à leur guise, une fontaine se dressait là, seule et majestueuse.  Elle provoqua en moi un torrent de sentiments contraires. Un pressentiment me poussa à rebrousser chemin, tandis qu'un autre, bien plus fort, voulait découvrir le mystère de cete fontaine. De nombreuses questions se frayèrent un chemin dans mon esprit, sans pour autant que je possède la moindre réponse. Mon regard s'y reposa pour la seconde fois; elle n'était formée que de marbre, et, bien qu'il y ait un fort brouillard, je pouvais apercevoir un homme. Bien bâti, quasiment colossal, qui tenait par une poigne ferme des chevaux aux torses puissants,sortant à demi de l'eau.

Soudain, les contours de la statue se voilèrent,et, comme par magie, le brouillard disparut. Une explication scientifique n'aurait su expliquer ce phénomène. L'homme, le géant, était entièrment sorti de l'eau...pire, il marchait sur l'eau !! Panique, terreur et effroi provoquèrent des tremblements dans tout mon être.

Il s'approchait de moi...

Pouvai-je rêver ? Etais-je fou ? Marcher sur l'eau était strictement impossible... et pourtant....

Je voulais courir, m'enfuir, mais mes jambes ne répondaient pas ;j'étais cloué sur place. Une sueur froide coula le long de ma tempe et perla dans mon cou.

Quand cette entité fut à moins d'un souffle de moi, elle vrilla ses yeux blancs dans les miens et, d'une voix sourde, presque bestiale, prononça cette phrase :"Je serai toujours là"

Tout à coup, je me sentis dépasser par les événements et je tombai à genoux . Je n'avais pas remarqué que pendant tout ce temps, j'avais cessé de respirer ! Je repris mon souffle à grands coups...

Pus, je relevai la tête pour lui fair face, quand.... Non ! Mon dieu .... c'est impensable ! La statue était revenue.. enfin, elle était là,comme avant, se dresant fièrement autour des arbres; et le brouillard était à nouveau présent.

Une vague d'incompréhension me submergea.... j'étais fou...

Depuis j'y pense chaque jour et je sais que mon âme ne trouvera plus jamais le repos."

 

 9782013913799.jpg

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site